• Nos corps porcelaines



    Et nos corps, fragiles porcelaines..
    S'allongèrent sur le sable à jamais.

    Meurtris du rouge de nos lèvres,
    Au fond d'un long regard sans vie.

    Cruauté douce amère.
    Fragments d'Eternité...

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :